Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 novembre 2012

Rire jaune

charliehebdo.jpgOh, bien sûr, on peut en rire, et c'est ce que j'ai d'abord fait. Après les ricanements de la droite au congrès de Reims et les leçons de démocratie lors de l'élection d'Harlem Desir, le bal tragique de l'UMP avait quelque chose de pathétique.

Très vite, pourtant, il reste un goût amer pour notre vie démocratique.

Alors que la gauche est dans la difficulté de l'exercice du pouvoir, au travers de la crise la plus grave de l'après-guerre, une opposition discréditée et morcellée n'est pas une si bonne nouvelle. Bien-sûr, l'UDI de Jean-Louis Borloo montera en puissance, tandis que l'UMP poursuivra son apprentissage de la démocratie interne, ce qui n'est pas mauvais en soi. Bien sûr, l'opposition caricaturale incarnée par Jean-François Copé sera moins écoutée, et l'action du gouvernement de Jean-Marc Ayrault d'autant plus audible.

Mais celle qui se frotte ouvertement les mains, c'est évidemment la marchande de malheur du Front National, à qui tout délitement démocratique profite.

Surtout, et là Jean-François Copé, comme avant lui Nicolas Sarkozy, ont une responsabilité historique, la "droitisation" de l'UMP est une manière indirecte de crédibiliser le discours de Le Pen. Si le sujet de préoccupation de la droite est désormais le vol de pains au chocolat pendant le ramadan, comment être légitimes ensuite pour combattre l'absurdité des thèses scandaleuses du Front National ? Si la droite se met à dénoncer les "élites parisiennes" coupées du peuple, comment espérer dénoncer le populisme de la châtelaine de Montretout ?

Ces calculs de court terme, qui réveillent les peurs le temps d'une campagne électorale, ne sont pas seulement cyniques, ils sont mortifères pour notre République.

La droite n'a donc pas seulement perdu son crédit, elle a perdu une partie de son honneur. Et çà ne peut faire rire d'authentiques républicains

Commentaires

Ce n'est pas la classe politique française qui se droitise, ce sont les circonstances. Ce n'est pas avec un drapeau blanc bien démocratique et un petit pot de miel bien nunuche qu'on va pouvoir s'en tirer...

Écrit par : collignon | 21 novembre 2012

Écrire un commentaire